Plan National D’Investissement Agricole. Développement des Infrastructures Rurales : Annexe 2 Composante Irrigation

Publication date

Authors

ABSTRACT

Malgré l’abondance des precipitations dans une large part du pays, l’irrigation se justifie en raison de la grande irrégularité des precipitations due a une géographie montagneuse (saison sèche plus ou moins longue et prononcée, apparition d’episodes secs prolonges durant la saison pluvieuse, et forte intensité des pluies) et a l’exposition aux vents maritimes. D’une manière générale, les plaines présentent une pluviométrie déficitaire alors que les pentes dominantes sont soumises a des pluies plus abondantes dont le ruissellement alimente les cours d’eau et constitue une ressource pour l’irrigation.

La pratique de l’irrigation en Haiti est ancienne. A la fin de la période coloniale les superficies irriguées représentaient quelques 58 000 ha. Apres une période d’effondrement due a la degradation des aménagements et de leurs conditions d’exploitation ( ?) le développement des superficies irriguées a repris au debut de siècle. Cependant, dans les dernières décennies les systèmes irrigues ont connu une degradation générale. Malgré certaines actions ponctuelles, cette situation est une consequence de la faiblesse des ressources consenties a ce sous-secteur, en contradiction flagrante avec la reaffirmation régulière du role preponderant du sous-secteur de l’irrigation dans la relance du secteur agricole.

La disponibilité en eau du pays n’est pas connue avec exactitude en raison de l’absence de données hydrologiques fiables. Selon certaines statistiques disponibles, le potentiel d’irrigation en Haiti se situerait entre 135 000 et 150 000 ha, représentant environ 50 % des terres de plaines, qui constituent les zones √† fort potentiel du pays. Le reste des surfaces agricoles se trouve dans les mornes (zones montagneuses). La superficie aménagée est estimée à environ 90 000 ha, et la surface effectivement irriguée à 80 000 ha par environ 250 périmètres d’irrigation En comparaison, la superficie cultivable du pays est de 1 500 000 ha de terre cultivées alors que seulement 770 000 ha sont considérés comme cultivables ( pour une population de 9.8 millions d’habitants parmi lesquels 50 % vivent de l’agriculture).

FULL TEXT

RELATED CONTENT

Agrarian Change and Peasant Prospects in Haiti

Haiti is one of the poorest and most severely hunger-stricken countries in the world (GHI 2013). Its contradictions are jarring: although Haiti has the largest relative agrarian population in the Western Hemisphere and relatively less land inequality than the rest of the region (Smucker et al. 2000; Wiens and Sobrado 1998), it is extremely food insecure.

Read More »